Le Véritable Ami

L’ami qui peut se taire à nos côtés dans un moment de désespoir et de trouble, rester avec nous dans une période de chagrin et de deuil, supporter de ne pas savoir, de ne pas soigner et d’affronter avec nous la réalité de notre impuissance, est un ami véritable.

Henri Nouwen

Livre du mois : Apprendre à Vivre - Sénèque

Lettres à Lucilius.

Sénèque homme d’état et philosophe stoïcien romain envisage la sagesse comme le but ultime de tout homme. Il écrira neuf tragédies et de précieux écrits moraux qui inspirent nombre d’auteurs, dont Rousseau et Montaigne. Reconnu comme l’un des plus grands philosophes romains, Sénèque tente d’orienter le monde vers une quête spirituelle pour que l’humanité soit en harmonie avec son environnement quotidien.

Les Lettres à Lucilius sont le chef-d’oeuvre de Sénèque. Plus que ses traités et son théâtre, elles dévoilent sa pensée et sa philosophie. Beaucoup de grands auteurs ont puisé en elles la plus essentielle des leçons : apprendre à vivre. Montaigne ne les cite pas moins de deux cent quatre-vingt-dix-huit fois dans ses Essais, qui leur ressemblent tant.

Sénèque aborde divers thèmes : sa vie privée, la joie créée par la sagesse , le stoïcisme et sa considération de la vertu comme seul bien et du vice comme seul mal,  la brièveté de la vie et l’inconstance du temps qui s’écoule et la mort, un thème central du stoïcisme.

Extraits

1. Je travaille pour les hommes qui viendront. C’est pour eux que je consigne des choses qui pourront leur être utiles.
La voie à suivre que j’ai découverte tardivement, lassé de mes errements, je la montre aux autres. Je leur crie : « Évitez tout ce qui plaît au vulgaire, et tous les biens que nous octroie le hasard ! Arrêtez-vous, plein de méfiance et d’effroi devant tout bonheur inattendu… Vous croyez que ce sont des présents de la Fortune ? Ce sont des pièges. Tous ceux qui parmi vous qui veulent vivre dans la tranquillité doivent faire tout leur possible pour éviter d’être pris à la glu de ces faveurs qui, pour notre plus grand malheur, nous abusent encore d’une autre façon : Nous pensons les tenir et ce sont elles qui nous tiennent. Cette voie mène droit au gouffre. »
 
2. Oui c’est cela mon cher Lucilius, revendique la possession de toi-même. Ton temps, jusqu’à présent, on te le prenait, on te le dérobait, il t’échappait. Récupère-le, et prends-en soin. La vérité, crois-moi, la voici : notre temps, on nous en arrache une partie, on nous en détourne une autre, et le reste nous coule entre les doigts. Pourtant il est encore plus blâmable de le perdre par négligence. Saisis-toi de chaque heure. Ainsi tu seras moins dépendant du lendemain puisque tu te seras emparé du jour présent. On remet la vie à plus tard. Pendant ce temps, elle s’en va.
Ainsi donc, mon cher Lucilius, hâte-toi de vivre et compte chaque journée pour une vie distincte. L’homme qui s’est donné cette armature, celui qui a vécu chaque jour sa vie complète, possède la sécurité; mais qui a l’espoir comme raison de vivre voit le présent lui échapper d’heure en heure.
 
3.Le mot « Liberté » qu’on inscrit sur les registres publics : ne la possèdent ni ceux qui l’ont achetée, ni ceux qui l’on vendue. C’est à toi de te l’accorder, ce bien, c’est à toi de le réclamer. Libère toi d’abord de la peur de la mort (c’est la première à nous imposer son joug) puis de la peur de la pauvreté.
Si tu veux savoir à quel point elle est tout sauf un mal, compare le visage du pauvre et celui du riche. Le pauvre rit plus souvent et plus franchement. Aucune inquiétude vraiment profonde en lui…. Mais ceux qu’on appelle les heureux, leur gaité n’est qu’une grimace. En fait une lourde tristesse les mine. Et d’autant plus lourde qu’il leur est interdit d’être malheureux au grand jour. Au milieu des tourments qui leur rongent le coeur, il leur faut jouer leur rôle d’hommes heureux.
 
4. Moi j’ai déjà une longue expérience de la mort. Tu me demandes quand ? Avant de naître. La mort c’est le non-être. Il y aura après moi ce qu’il y avait avant moi. Si cet état est plus ou moins douloureux il faut bient que nous en ayons fait l’expérience avant de venir au monde. Et pourtant, nous n’en avons aucunement souffert.
Je te le demande : ne prendrait-on pas pour un crétin fini celui qui trouverait plus mauvais pour une lampe d’être éteinte que de pas être encore allumée ? Nous aussi, on nous allume, on nous éteint. Entre-temps, nous souffrons quelque peu, mais, aux deux extrémités, c’est la tranquillité profonde. La voici, mon cher Lucilius, si je ne m’abuse, notre erreur : nous pensons que la mort suit la vie alors qu’elle l’a précédée et qu’elle la suivra…

Video

Eckhart Tolle
Aller au delà de la peur générée par le mental. Lien avec la situation actuelle.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Dans tout ce que nous faisons… C’est le Seigneur que l’on cherche !

Nouveau !

Partagez la Newsletter sur Facebook

Partager sur facebook
Facebook

Informations

pranayama

Séminaires Coeur de Soha

En Visio 27 février
En présentiel
Nantes 24-25 Avril

meditation pleine Cs web

Méditation de Pleine Conscience

Programme MBSR sur Montpellier
Réduction du stress et de l'anxiété
1er avril au 27 mai

Retraites méditatives

Programmation été 2021
Juillet et Août . Ne tardez pas à réserver !

Concert Mantra chants sacrés

Avant les séminaires Coeur de Soha

s'inscrire à la newsletter

Fermer le menu