Newsletter du mois

Grâce et présence

Demander la Grâce, c’est être une entrave à la Grâce. Parce que le fait d’être dans un état de demande nous met immédiatement hors de ce qui est, nous désolidarise de ce qui se déroule maintenant. Et ce qui se déroule maintenant, c’est la Grâce ; ce renouvellement constant de la vie est la Grâce.

Yvan Amar

 

Livre du mois : La respiration essentielle de Thich Nhat Hanh

Moine bouddhiste vietnamien de tradition zen, inlassable défenseur de la Paix, Thich Nhat Hanh a enseigné à la Sorbonne et à l’université de Columbia.

Né en 1926 au Vietnam, contraint à l’exil en juin 1966 après avoir lancé un appel contre la guerre , il fait un pèlerinage pour la Paix en voyageant de nombreux pays du monde.

Thich Nhât Hanh vit actuellement dans le sud-ouest de la France au sein d’une communauté bouddhique, le « Village des Pruniers », qu’il a créé en 1982. Le maître y enseigne l’art de vivre en Pleine Conscience au quotidien. Le Village rassemble aujourd’hui plus de 150 moines et moniales de toutes nationalités et accueille chaque année près de 4000 retraitants.

Ce livre regroupe en un seul volume, ses commentaires de deux sutras historiques du Bouddha. Le premier concerne les techniques de respiration consciente qui permettent de métamorphoser notre rythme de vie et d’apaiser notre corps tout entier. Le second nous apprend à vivre pleinement le moment présent : notre rendez-vous avec la vie se situe en effet ici et maintenant, loin des mille pensées qui agitent sans trêve notre mental.

Extraits :

« Revenir au présent veut dire être en contact avec la vie. La vie ne peut être trouvée que dans le moment présent parce que le passé n’est plus et que le futur n’est pas encore. L’état de Bouddha, la libération, l’Eveil, la paix, la joie et le bonheur peuvent uniquement se trouver dans le moment présent. Notre rendez-vous avec la vie s’y déroule. Le lieu de cette rencontre est ici, à cet endroit même. »

« Dans notre vie quotidienne,nous pouvons produire des poisons pour notre esprit, et ceux-ci nous détruisent et nous détruiront, nous et ceux qui nous entourent….. Vivre dans le moment présent consiste à accepter, a affronter ces poisons – lorsqu’ils surgissent, se manifestent et retournent à l’inconscient – et à pratique la méditation-observation afin de les transformer. »

« une fois que nous avons transformé notre esprit, notre coeur sera aussi léger qu’un nuage et nous devenons une source de paix et de joie pour nous-même et pour les autres »

Les Koans selon Tich Nhat Hanh

Un koan ( gong an en chinois, et en vietnamien cong an) est une énigme zen, une sorte d’énigme qui ne peut être résolue par l’intellect, mais uniquement par la pratique de la pleine conscience, de la concentration et de la vision profonde. Un koan peut être contemplé et pratiqué collectivement ou individuellement. Tant qu’il n’est pas résolu, nous ne savons pas dans quelle direction aller, nous ne sommes ni en paix ni heureux. Un koan est comme une flèche qui nous transperce: tant qu’elle n’est pas retirée, nous ne pouvons être en paix. Mais cette flèche ne vient pas de l’extérieur. Elle n’est pas non plus un accident. Elle nous offre au contraire l’opportunité de regarder en profondeur les questions qui nous tourmentent, pour transcender anxiété et confusion. Un koan nous oblige à faire face aux grandes questions sur le sens de la vie, sur le futur de notre pays, sur le bonheur véritable.

Parmi les koans les plus connues, nous pouvons citer “Regarde le cyprès dans la cour”, “Si tout retourne à l’un, où l’un retourne-t-il?” “Le chien a-t-il la nature de Bouddha?”, et “Qui récite le nom du Bouddha?” Les grands rois et dirigeants vietnamiens ont longtemps pratiqué l’art du koan, et nombre d’entre eux ont composé de ces énigmes (1*) . Le maître zen Tuê Trung, frère du célèbre Trân Hung Dao qui avait repoussé l’invasion de Gengis Khan, a offert le puissant koan: “Tous les phénomènes sont impermanents, tous sont sujets à la naissance et à la mort. Qu’est-ce qui naît et meurt?”

Un koan ne peut être résolu par un raisonnement logique ou une argumentation, ni par des débats sur l’esprit et la matière. Il ne peut l’être que par l’énergie de pleine conscience et de concentration. Une fois le koan compris, nous sommes en paix, n’ayant plus ni peur ni tourment. Nous voyons notre chemin, et atteignons la paix intérieure.


Videos 

Découverte de la permaculture et d’un jardinier qui fait pousser ses légumes presque sans eau……

Les Koans Zen

Que sont ces énigmes qui ne sont pas là pour qu’on leur donne une réponse, mais pour éveiller quelque chose de nouveau dans notre conscience. En Anglais.

Une explication en français des Koans dans le chan.